• Reconstitution visuelle du forum d'Auguste avec Panasonic

Reconstitution visuelle du forum d'Auguste avec Panasonic

En plein cœur des sites archéologiques de Rome, 33 projecteurs de Panasonic procurent une expérience visuelle inégalée en recréant la splendeur d'un forum impérial à l'aide de projections parfaitement synchronisées.

Insuffler une nouvelle vie à des édifices archéologiques chargés de 2 000 ans d'histoire grâce à la technologie est incontestablement une mission tout aussi honorable que délicate et complexe. C'est ce que Panasonic a réalisé pour l'un des forums impériaux les plus impressionants de Rome, le forum d'Auguste. Grâce à un jeu de lumières venant animer les ruines, cette plongée dans l'histoire vient restaurer la magnificence de la Rome Antique. Ce projet a été conçu par deux éminents spécialistes, le physicien Paco Lanciano et le célèbre présentateur de télévision Piero Angela. Produit par Zètema Progetto Cultura, il a reçu le soutien du département des arts et du divertissement du conseil municipal de Rome.

Ce spectacle élaboré intitulé « Forum d'Auguste 2 000 ans plus tard » a été monté à l'occasion de la célébration du bimillénaire de la mort d'Auguste (19 août 14 après J.-C.). Il a impliqué de nombreux experts en archéologie, physique, informatique et audiovisuel. Leur travail a permis la mise en place d'un système de vidéoprojection sophistiqué composé de 33 projecteurs Panasonic générant une fidèle reconstitution virtuelle qui révèle des détails et couleurs d'un autre temps, effacés par plus de deux mille ans d'histoire. Cette installation est placée dans l'un des temples de la Rome antique de la Via dei Fori Imperiali, où les passants peuvent admirer les effets d'une douzaine d'appareils parfaitement synchronisés. Il s'agit d'un assemblage complexe de vidéoprojecteurs synchronisés couvrant une surface de 300 m de long. Un spectacle époustouflant se déroule ainsi devant une sorte d'énorme amphithéâtre. Trois professionnels ayant apporté leur participation essentielle au projet nous guident à travers les étapes de cette projection : Siro Volpato, directeur commercial d'Adeo pour la région d'Italie centrale, Luca Altobelli, fondateur du laboratoire informatique HDVI offrant des services d'assistance et de planification pour les infrastructures informatiques, et Marco Lucantonio, directeur général de la société AV Set Produzioni.

« Lorsque nous avons entendu parler de ce projet, nous avons immédiatement compris le potentiel de cet ambitieux défi : l'opportunité de créer des représentations vidéo de portée internationale », explique Siro Volpato (Adeo). « La société a toujours montré son intérêt envers ce type de projets sophistiqués. Dès la planification, nous avons immédiatement été enthousiasmés à l'idée de devoir trouver les meilleurs moyens d'atteindre les objectifs fixés. Dans le cas présent, il s'agissait de configurer une installation capable de couvrir un espace de projection long de plusieurs centaines de mètres. Comme nous avions déjà travaillé avec HDVI sur plusieurs autres projets, il n'a pas été trop difficile d'organiser une réunion pour s'accorder sur la marche à suivre. Ici, la requête était précise. La première étape consistait à choisir quels vidéoprojecteurs utiliser et à préparer un test. Ce dernier était nécessaire pour déterminer la faisabilité du projet.»

« Suite à un méticuleux processus d'évaluation réalisé par les membres de l'équipe issus d'Adeo, nous avons décidé d'impliquer Panasonic en raison des sévères contraintes d'installation et du nombre de projecteurs requis. En effet, la surface d'affichage étant différente des grands écrans traditionnels et la distance de projection étant supérieur à 40 mètres,  notre choix s'est tout de suite orienté vers des appareils capables d'offrir une luminosité d'au moins 10 000 lumens ANSI. Pour la séance de test, nous avons décidé de comparer la performance de deux types de machine. Lors du premier essai, nous avons projeté les mêmes images simultanément avec un vidéoprojecteur LCD et un DLP fonctionnant en parallèle. Une fois la série de tests achevée, tout un ensemble de variables nous a incité à sélectionner les vidéoprojecteurs LCD. La série PT-EX16KE de Panasonic a ainsi projeté les plus grandes images, tandis que la série PT-VX500 était utilisée pour les images détaillées. Ces projecteurs nous fournissaient la bonne luminosité et la résolution nécessaire à un coût abordable nous permettant de respecter le budget alloué. Nous avons commencé par tester le modèle à 13 000 lumens ANSI, bien que nous connaissions l'existence d'un autre modèle de la même gamme avec des caractéristiques identiques mais une luminosité supérieure, que nous avons finalement décidé d'utiliser pour le projet. Tous les responsables ont assisté à la séance d'essai, ainsi que l'ensemble des acteurs impliqués, de Paco Lanciano jusqu'aux représentants du conseil municipal de Rome. Cette phase de tests nous a permis de confirmer que nous avions choisi les bons produits pour cette opération.»

Une fois la sélection réalisée, nous sommes passés à l'étape du transport, qui s'est avérée particulièrement délicate », raconte S. Volpato. « Il n'a pas été facile de déplacer, dans le délai imparti, un large nombre d'appareils sophistiqués vers ce quartier de Rome inaccessible aux semi-remorques et où la circulation est interdite. Il s'agissait en effet de livrer des machines très délicates, dont des projecteurs de diverses tailles, avec toute l'installation optique correspondante, dans une zone nécessitant des autorisations d'accès spéciales. Nous devions donc trouver un véhicule adapté, assez grand pour accueillir l'ensemble de l'équipement, mais assez peu volumineux pour pouvoir accéder au site archéologique. »

L. Altobelli continue : « Pour la phase de transport, nous avons monté un projet intitulé REMU (Regia Multimediale) avec mon collègue Francesco Antoniello. Celui-ci mettait en œuvre un câblage réseau visant à gérer des équipements audio, vidéo et lumineux à distance et situés à plusieurs endroits différents. L'idée consistait à créer un genre d'enregistreur vidéo géant pour contrôler toute l'installation en quelques gestes, de la commande « lecture » à « arrêt », en passant par toutes les autres fonctions nécessaires à la gestion d'un film. Nous avons donc cherché une application logicielle qui ne soit pas physiquement connectée au matériel et pouvant être utilisée pour lire simultanément 33 films, 6 pistes audio et des commandes de lumière. En ce qui concerne le choix des vidéoprojecteurs, nous avons finalement opté pour 33 appareils Panasonic : 6 vidéoprojecteurs PT-EX12KE, 6 PT-EX16KE et 21 PT-VX500.»

« Nous avons eu recours à des équipements puissants, des vidéoprojecteurs Panasonic disposant d'une haute luminosité et d'une haute résolution : il était impératif de les positionner aussi précisément que possible et de pouvoir les synchroniser au millimètre près. C'est une tâche que j'ai réalisée bien des fois au cours de ma carrière, mais je n'avais jamais tant eu à me soucier de la synchronisation des images que pour ce forum romain. Nous avons effectué un travail extrêmement méticuleux pour synchroniser et recalibrer les images de chaque appareil, y compris pendant la phase de projection. Afin que tout soit parfait, nous avons dû utiliser le logiciel de manière répétée pour tout vérifier, seconde par seconde, pour les 45 minutes du film. Je me sentais un peu comme un chef d'orchestre devant diriger 33 musiciens pendant un concert à La Scala. Par exemple, le spectacle incluait entre autres une scène montrant des oiseaux migrateurs volant de droite à gauche sur une distance supérieure à 300 mètres. Nous sommes parvenus à rendre cette scène fluide, sans interruption ou répétition de l'image passant d'un projecteur à l'autre. C'était en effet l'un des extraits choisis comme référence pour synchroniser les 33 projecteurs Panasonic. Il nous fallait calibrer le système pour cette scène afin de garantir un contrôle synchronisé des images pendant toute la durée du film. Dans ce but, nous avons utilisé des procédés de contrôle passif et actif en vue de permettre à un serveur local de vérifier les timecodes pour l'ensemble de la vidéo comme pour chaque projection séparément, au début du film et sur toute sa durée. Les 33 projecteurs sont ainsi synchronisés en permanence grâce à une feuille de route prédéterminée et le système est capable de réaliser un réajustage de tout décalage, même de quelques millisecondes. En outre, les vidéoprojecteurs se sont montrés extrêmement réactifs. Il ne faut pas oublier que nous ne travaillions pas avec des écrans comme surface d'affichage, mais avec d'anciens murs présentant des irrégularités. »

Luca Altobelli conclut : « Une fois l'installation finalisée, nous avons d'abord réalisé une première projection en présence du maire de Rome et d'un public international incluant 18 ambassadeurs et plus de 250 diplomates. Depuis lors, tout s'est parfaitement déroulé, avec trois représentations par soir, durant chacune 45 minutes et devant un public de 200 personnes. Cette installation présente un cycle de rendement de trois ans. »