Que signifie réellement « intelligent » ?

Auteur: Tony O'Brien

 

Aujourd'hui, presque tout ce qui nous entoure est devenu « intelligent ». Des villes intelligentes, des maisons intelligentes, des téléviseurs intelligents... la liste est longue. Ce qualificatif devenu omniprésent est utilisé pour décrire les technologies connectées, toujours plus nombreuses, destinées à nous faciliter la vie. Mais, vu que presque tout est devenu connecté à l'heure actuelle, ce terme est en train de perdre de sa substance.

La définition de Gartner du terme « intelligent » s'applique aux machines capables d'apprendre, c'est-à-dire de s'adapter automatiquement et de modifier leur comportement en fonction de l'environnement. Au regard de cette définition, un objet « intelligent » ne se limite certainement pas à être connecté à Internet.

Mais les appareils, les machines et les concepts que nous pensons « intelligents » sont-ils réellement « intelligents » ?

Les consommateurs disposent désormais d'une pléthore de technologies résidentielles intelligentes. Nous pouvons surveiller notre maison, commander à distance l'ouverture des portes, l'éclairage et le chauffage via une application mobile. Les télévisions intelligentes offrent de nouvelles options de contenu à la demande et intègrent plus facilement les applications ou d'autres fonctions.

Ces deux exemples révèlent comment l'utilisateur peut prendre de meilleures décisions – peut-être plus « intelligentes ». Alors, pouvons-nous transposer ces possibilités dans notre monde technologique B2B ? Nous le pensons.

Chez Panasonic, nous utilisons le terme « intelligent » lorsque « les clients de nos clients peuvent se connecter à des technologies qui leur donnent la possibilité de prendre eux-mêmes des décisions, les mettant aux commandes de leur expérience. »

Par exemple, dans un environnement de vente au détail, une technologie intelligente peut être un écran LinkRay installé en vitrine. Grâce à l'application LinkRay, les clients peuvent télécharger des informations concernant un vêtement affiché à l'écran, ou même télécharger des promotions directement sur leur smartphone pour les inciter à passer immédiatement à l'achat.

En y associant des technologies de reconnaissance d'âge et de sexe, le contenu à l'écran peut être personnalisé en fonction de l'individu – un après-rasage pour les hommes, du parfum pour les femmes – et proposer différentes marques selon leur âge. Même quand le magasin est fermé, nous pouvons donc donner aux clients de nos clients des informations qui leur permettront de faire un choix, pour que le lèche-vitrine devienne une opportunité de vente en ligne en dehors des heures d'ouverture.

À l'échelle de notre industrie, je pense que beaucoup de technologies que nous avons développées ne méritent pas d'être qualifiées d'intelligentes. Bien sûr, elles réduisent les coûts et limitent les risques. Mais, même si nos clients y trouvent des avantages significatifs, nous n'offrons pas aux clients de nos clients le même niveau de connectivité qui rendrait ces solutions réellement « intelligentes ».

Après tout, beaucoup de nos consommateurs placent l'expérience client en tête de leurs objectifs commerciaux – les sociétés de chemins de fer en premier. Prenez par exemple les nombreux systèmes d'information mis à la disposition des passagers des chemins de fer au Royaume-Uni : ils fournissent des informations utiles, mais qui restent limitées au trajet en cours. Pour que les solutions soient réellement intelligentes, elles doivent offrir aux consommateurs des informations en temps réel non seulement sur le trajet, mais aussi sur leurs correspondances, et de manière à ce qu'ils puissent les consulter sur le terminal portable de leur choix. 

Le monde du B2B n'est pas en reste :  il ne suffit plus de résoudre les problèmes technologiques et de proposer des produits qui pourraient éventuellement répondre à un besoin.

Relisez la définition du concept « intelligent » que nous avons formulée ci-dessus, et vous verrez que les technologies indépendantes et souvent isolées ne remplissent pas ces critères.  La technologie ne peut être réellement « intelligente » que si elle est harmonisée et intégrée à l'expérience client dans son ensemble. C'est là que réside la réelle valeur de ces technologies pour les entreprises.

Chez Panasonic, nous collaborons étroitement avec nos clients afin de redéfinir le concept d'intelligence et de créer en définitive une nouvelle génération de solutions d'entreprise sur mesure, qui apporteront une réelle valeur ajoutée concrète à leurs propres clients.

Ces améliorations, conjuguées à une approche mettant les clients de nos clients aux commandes de leur expérience, doivent aujourd'hui être à la base des technologies « intelligentes ». Nous pensons que cette philosophie sera le moteur de l'intégration et de l'innovation.

 

Ce blog a été publié sur LinkedIn le 30 juin 2017, si vous souhaitez prendre part dans la discusssion, suivez ce lien pour retrouvez l'article original.