Est-ce que le dernier kilomètre devient plus court?

Auteur: Gary Byrne

 

Pourquoi des véhicules plus respectueux de l’environnement sont-ils  les dérivés d’une  entreprise de logistique performante?

Selon son CEO, Paul Polman, « Au sein du réseau logistique d’Unilever, nos produits parcourent plus de 1,5 milliards de kilomètres chaque année, l’équivalent de 2 000 voyages aller-retour vers la Lune. »  Malgré ce kilométrage important, l’entreprise de biens de grande consommation a fait du développement durable une top-priorité. En 2012, Polman a créé le Unilever Sustainable Living Plan, un plan sur 10 ans voué à doubler les bénéfices de l’entreprise tout en réduisant son empreinte carbone de moitié. 

Cette initiative reflète une envie de tout le secteur de convertir ses projets environnementaux en résultats; principalement en investissant dans le développement durable de la composante transport de leur chaîne d'approvisionnement. Ceci n’est pas une coïncidence sachant que l’industrie du transport et de la logistique est responsable de près  d’un quart (23%) des émissions mondiales de CO2, selon l’International Energy Agency.

Les stratégies adoptées pour réduire la consommation en carburant et les émissions des véhicules incluent :

  • L’adoption de véhicules utilisant des énergies alternatives ou hybrides.
  • L’utilisation de véhicules plus légers avec un meilleur aérodynamisme.
  • Le déploiement de la télématique.
  • L’optimisation des routes utilisées.

Ceci est particulièrement important dans le « dernier kilomètre » avant l’arrivée à destination, là où les livraisons et les éventuels seconds passages dans des zones souvent urbanisées peuvent générer des pertes de temps et de carburant. En tant que leader dans le secteur, DHL a trouvé un moyen de transporter le courrier et les colis à travers le monde d’une manière écologique grâce à son programme GoGreen. L’entreprise a développé son propre système pour le comptage et le contrôle des émissions carbones. Ce système innovant est destiné à mesurer et minimiser la consommation d’énergie et de carburant de 30% en 2020.

Pour pouvoir mettre en œuvre un tel système, il est vital d’avoir une idée concrète et précise de la provenance des coûts liés à l’énergie. Il apparait que c’est souvent l’étape la plus compliquée – surtout quand on sait que plus de 13% des ressources employées dans la logistique en Angleterre sont chargées du transport routier et 11% du stockage et entreposage des marchandises.

L’outil Gateway de Panasonic est une des solutions proposées pour réduire les émissions de CO2 tout en contrôlant et en combinant efficacement les livraisons de marchandise dans les zones sécurisées de la chaine d'approvisionnement. Le système dispose d’un portail unique qui centralise tous les paramètres opérationnels ainsi que les contacts avec la clientèle. Cela réduit le nombre de livraisons sur site tout en garantissant aux marchands d’avoir le stock nécessaire quand ils en ont besoin. Gateway procure un contrôle sécurisé de la chaine d’approvisionnement avec visibilité pour les clients de leurs marchandises entrantes et sortantes en temps réel. En montrant où se situent les inefficacités, cela facilite la résolution des problèmes et permet ainsi de réduire l’usage d’énergie.

Rendre les véhicules de livraison plus écologiques serait un pas conséquent dans la bonne direction, selon la Commission Européenne. La technologie rend cela possible, seulement c’est bien une vision claire et une volonté d’améliorer les inefficacités de la part des différents acteurs du secteur qui stimulera le progrès. Une entreprise performante passe aussi par une flotte plus respectueuse de l’environnement. C’est en conciliant les enjeux financiers et environnementaux que le secteur pourra progresser.

 

Ce blog a été publié sur LinkedIn le 16 juin 2017, si vous souhaitez prendre part dans la discusssion, suivez ce lien pour retrouvez l'article original.