Comment le secteur de la logistique va-t-il intégrer la robotique?

Auteur: John Hardy, European Sales & Marketing Director, Panasonic System Solutions Europe

 

Un problème majeur dans le domaine de la logistique est d’avoir suffisamment de personnel pour les vingt prochaines années. Une pénurie de travailleurs est prévue dans les pays développés où, pour la première fois, les populations futures seront moins nombreuses que les précédentes.

Donc, dans ce contexte, comment les chaînes d’approvisionnement globales et les entreprises de logistique peuvent-elles survivre et exceller dans le futur ?

Bien que certains acteurs soient d’ores et déjà dans le processus d’intégrer un plus haut niveau d’automatisation et de robotique sur leurs lieux de travail pour anticiper ces pénuries, une étude faite par DHL montre que 80% des entrepôts conservent les opérations manuelles  sans l’aide d’outils automatisés.

Pour rester compétitif, le secteur de la logistique doit accepter des changements importants au niveau de l’infrastructure et répondre à certaines idées préconçues, parfois très répandues, envers la robotisation. Donc, que sera-t-il nécessaire de faire aux entrepôts à travers le monde pour les rendre plus automatisés ? 

 

Le chemin vers l’adoption de l’automatisation 

 

Panasonic Business a récemment organisé un colloque professionnel destiné au secteur de la logistique, au Manufacturing Technology Centre à Coventry (UK). Nous y avons discuté des freins et opportunités en terme d’automatisation avec des experts en la matière. 

Le professeur Hani Hagras, Directeur du Computational Intelligence Centre à l’Université d’Essex (UK), a démontré qu’un point essentiel pour l’avancement de la robotique réside dans la nécessité de converger vers l’intelligence artificielle ; ceci est vital pour la technologie qui doit pouvoir s’adapter et réagir à des conditions de travail changeantes.

Alex Harvey, Responsable de la Robotique et des Systèmes Automatisés chez Ocado, avance qu’une approche basée sur les données collectées par les robots est la seule solution pour gérer 50 000 différents produits avec des emballages qui changent fréquemment. Dans cette configuration, les machines utilisent des informations provenant de capteurs et s’adaptent aux changements automatiquement.

En plus des discussions portant sur l’intégration de l’intelligence artificielle, les invités ont abordé une approche classique de la construction d’un entrepôt de toute pièce, ce qui est faisable s’il est possible de planifier suffisamment de temps à l’avance. Cependant, Monsieur Harvey nous a montré une approche plus centrée sur la collecte de données, avec un système modulaire et adaptable. Il a partagé l’ ébauche d’une solution où les boîtes sont empilées et les robots se déplacent vers le haut ou vers le bas pour se saisir d’un article en particulier. Ce système permet de réduire ou agrandir la surface utilisée pour l’entreposage en fonction de la demande. 

Les discussions se sont également portées sur les freins à l’adoption, avec la sécurité qui demeure un problème majeur. Les délégués sont arrivés à la conclusion que nous devons reconnaître qu’il y a certains risques, y compris des défauts de conception, des bugs ou des interférences intentionnelles. Avec la montée de l’automatisation dans les opérations logistiques au niveau global et une plus grande dépendance des entreprises sur la technologie, il est important de s’assurer que des tests continus et rigoureux sont effectués.

Néanmoins, le plus grand défi pour la logistique en dehors de la technologie elle-même, c’est comment le secteur réagit aux conséquences sociales de l’automatisation à court terme.

Voilà le sujet qui a généré le plus d’intérêt au cours du colloque, en particulier autour de la problématique de remplacer les opérateurs par des robots. Alors que le besoin d’utiliser des robots à long-terme pour pallier les carences prévues a été justifié, le redéploiement de ressources pour adresser les problèmes à court-terme a également été longuement abordé. Garder son personnel et lui permettre d’utiliser ses compétences dans d’autres sections de l’entreprise est une solution potentielle qui crée de la valeur ajoutée. De plus en plus souvent  les entreprises trouvent de nouvelles opportunités pour utiliser le talent de leurs employés à meilleur escient et s’assurer que ceux-ci continuent à jouer un rôle important au sein de l’entreprise – un pas positif vers l’introduction et l’intégration de la robotique et de l’automatisation dans les opérations quotidiennes.

Si vous désirez en savoir plus sur les sujets abordés, notre livre blanc sur la Robotique et l’Automatisation aborde les défis liés à l’implémentation de ces technologies. Vous trouverez une version française et un exemplaire en anglais ici : http://bit.ly/panasonic-robotique

 

Ce blog a été posté le 06 octobre 2017 sur LInkedIn, si vous souhaitez participer à la conversation ou partager, visitez ce lien.